4 ans de mandat, le bilan des élu.e.s écologistes du 18e

23 mars 2014 : avec 12,9% des voix au 1er tour des élections municipales, la liste menée par Pascal JULIEN et Sandrine MEES remporte 1 siège de plus qu’à la mandature précédente au Conseil de Paris.

4 ans après notre élection, le groupe des 3 conseiller.es de Paris, 4 adjoint.e.s au maire du 18e et 1 conseiller délégué du maire, est renforcé en octobre dernier d’une adjointe à la maire de Paris : Galla BRIDIER, chargée des séniors et de l’autonomie. Avec Sandrine MEES et de Pascal JULIEN, elle défend au quotidien le 18e dans les décisions prises par l’exécutif parisien.

Au niveau du 18e, Loic LORENZINI, Douchka MARKOVIC, Philippe DURAND, Frédéric BADINA et Poyraz SAHIN agissent dans le cadre de leurs délégations respectives (entreprises culturelles;  développement durable, alimentation, environnement; nature en ville et affaires funéraires; ESS et économie circulaire; solidarités internationales).

Pour tou.te.s: l’objectif de défendre la transition écologique et solidaire de l’arrondissement.

Préservation du foncier et défense d’un urbanisme moins dense et plus végétal:
les victoires Stade Championnet, Bois Dormoy, Ordener Poissonniers, la Petite Ceinture

Si nous avons voté depuis le début de la mandature nombre de délibérations portant le projet politique de la majorité de gauche dont nous faisons partie, plusieurs projets sont incompatibles avec notre vision de la ville.

Fort.e.s de la mobilisation des habitant.e.s et grâce à l’engagement de Galla BRIDIER sur les dossiers relatifs à l’urbanisme au conseil de Paris, nous avons obtenu la préservation du Bois Dormoy et du stade Championnet de leur bétonnisation. Pour la Petite Ceinture : un périmètre de sanctuarisation et d’ouverture au public élargi au secteur de la Porte de Poissonniers. Enfin sur le projet d’urbanisme dit « Ordener Poissonniers » (ancien dépôt ferroviaire le long des voies de la Gare du Nord), nous avons fait inscrire un parc urbain d’1 hectare d’un seul tenant dans le cahier des charges.

D’ici la fin du mandat, nous veillerons à la réalisation du futur parc urbain Chapelle Charbon, menacé à la fois par le projet CDG Express et par la volonté de la Ville de Paris de dissocier en deux phases la réalisation du projet. A ce stade, le projet ne viserait la réalisation que de 3,5 hectares contre les 6 initialement prévus d’ici la fin du mandat.

Mobilisation  pour la prise en charge des plus fragiles:
crise des réfugié.e.s, enfants des rues…

Le 18e a été touché de plein fouet par la crise migratoire et les évènements de l’été 2015, dans le quartier Chapelle sud, sont dans toutes les têtes. Face à ce phénomène massif, les écologistes ont défendu, au Conseil d’Arrondissement et au Conseil de Paris la création d’un réseau de centres d’accueil, de prise en charge et d’accompagnement des réfugié.e.s dans leurs démarches.
L’ouverture de la bulle d’accueil temporaire fut une première victoire, commune à la majorité. La création de 2 centres de pré-accueil et demain, de 4 centres d’accueil de jour parisiens, tous pérennes, illustre la force de la mobilisation politique quand elle est partagée.

Concernant les mineurs, notamment marocains, sur la Goutte d’Or, nous avons œuvré à la mise en place d’un dispositif adapté à la difficulté d’approche de ces enfants des rues au lourd parcours. Un travail en dentelle, fragile et qui demande un temps long et la coordination d’acteurs divers (associations locales, accueil de jour, maraudes pour un accompagnement social, psychologique et médical, travail avec le Parquet des Mineurs et sensibilisation de la Police)

Pour autant, ces sujets, complexes et toujours d’actualité, continuent de nous tenir mobilisés.

Une politique de végétalisation innovante :
le 18e pionnier de la participation citoyenne et de la nature en ville

Grâce à la mobilisation de Philippe DURAND, chargé de la nature en ville, le 18e a été le premier ardt à organiser un appel à projets de végétalisation perpétuel doté de financements pour accompagner  les collectifs d’habitants et les former.

Autres réalisations majeures, l’ouverture du 1er jardin d’insertion au square Jessaint (près du métro la Chapelle) avec Emmaüs et des SDF-jardiniers.

Et, d’ici fin 2018, la création d’une ferme pédagogique au square Binet et d’une rue végétale rue Montcalm.

Une restauration collective toujours plus saine et durable:
bras de levier pour un changement de modèle agricole, au premier bénéfice de nos enfants

L’engagement de Douchka MARKOVIC et Loïc LORENZINI a obtenu des pratiques plus durables et une alimentation plus saine dans le nouveau cahier des charges de la Caisse des écoles : alternative végétarienne, augmentation de la part de bio dans les repas, plus de légumes frais et d’approvisionnement en circuits courts, plus de labels de qualité, de desserts « fait maison »…

Tous deux militent également, en termes de gouvernance, à la création d’États généraux de l’alimentation scolaire dans l’ardt réunissant toutes les parties prenantes (parents, professionnel.le.s de la restauration, Ville de Paris, élèves et  Éducation Nationale).

Le 18e modèle d’ESS et d’économie circulaire

Cité comme exemple de dynamisme et d’attractivité en matière d’économie sociale et solidaire (ESS), et d’économie circulaire, le réseau d’associatifs et d’entrepreneurs du 18e est d’une densité rare. Chargé de décliner la stratégie parisienne en la matière, Frédéric BADINA accompagne les porteurs de projets et appuie le développement d’initiatives: parmi les plus visibles, la Louve, 1er supermarché coopératif de France; Carton Plein, pionnier parisien de l’économie circulaire qui recycle et transforme le carton en insérant les plus fragiles;  Solicycle, l’atelier vélo solidaire; la Fabrique de codage SIMPLON; le déploiement de garde-mangers solidaires ou encore de boites à dons.

Il est aussi à l’origine du tri et de la collecte de déchets alimentaires dans les cantines scolaires; et dans l’organisation de la Fête des Vendanges, de la collecte et du recyclage du carton, et la sensibilisation au zéro-déchet.

D’ici la fin du mandat, il portera l’ouverture d’une nouvelle ressourcerie pour palier à la fermeture de l’Interloque, et l’accompagnement des 1ères promotions de startups économie circulaire incubées chez Paris&Co au Paris Nord Express (quartier Amiraux-Simplon).

Mise en réseau des entrepreneur.e.s culturel.le.s

Après avoir créé la seule délégation des entreprises culturelles en arrondissement, Loic LORENZINI a mis en place des Petits déjeuners entre professionnel.le.s de la culture pour favoriser le partage d’informations notamment de dispositifs d’aide, mais également l’échange, la transmission d’expériences et les partenariats directs. Autres objectifs : donner aux entrepreneur.e.s culturel.le.s une meilleure visibilité, optimiser les ressources métiers et, autant que possible, l’emploi local.

Suite aux échanges fructueux avec l’Hôtel de Ville, le 18e sera acteur de futures Rencontres d’acteurs de l’économie culturelle d’ici la fin de l’année.

Parmi les autres dossiers suivis de près par Loïc LORENZINI, l’avenir du Lavoir Moderne Parisien ou encore l’essor du MILA.

Pédagogie et sensibilisation à la solidarité internationale:
informer et présenter les acteurs phares de la défense des minorités

Portée par notre défunte collègue et amie Ana VERISSIMO au début du mandat, et notamment sur les thématiques roms, la délégation Solidarités internationales est depuis septembre 2017 désormais incarnée par Poyraz SAHIN.

A l’automne dernier, il a porté le Festival des solidarités, co-organisé avec le 19e. Il reprend naturellement à son compte les questions concernant les minorités, mais apportera l’angle nouveau des problématiques liées aux genres.

Prochain rendez-vous le 17 mai pour la Journée contre l’homophobie sur le thème « LGTB et réfugié.es ».

En conclusion: de nombreux projets appuyant la transition écologique,
mais des renoncements qui nous dérangent.

Si nous sommes fiers de nos victoires et de nos projets, nous déplorons 3 renoncements majeurs depuis le début du mandat :

  • L’arrêt du projet de construction d’un 2e établissement pour l’Institut des Cultures d’Islam (ICI) à Polonceau décidé par la Maire de Paris :
    engagement de campagne porté conjointement par les élu.e.s de la majorité, la Maire de Paris a décidé d’y renoncer sans se justifier, malgré l’attente par chacun.e de ce projet hybride innovant associant le cultuel et le culturel.
  • L’abandon du Marché des 5 continents :
    porté par Daniel VAILLANT et appuyé par les écologistes pour proposer aux commerçants de Château-Rouge un espace pour de commerce exotique à la hauteur des besoins et de la renommée de l’ardt, le projet semble depuis abandonné faute d’arbitrage politique. Les mesures de reconquête de l’espace public et de lutte contre les trafics à Château-Rouge seront-elles suffisantes pour justifier ce renoncement ? Nous sommes dubitatifs.
  • Le CDG Express, le 18e subira :
    les Verts ont dénoncé le projet du CDG Express dès 2007 ; les Maires successifs d’ardt et de Paris avaient fermement défendu l’option de son enfouissement pour préserver les projets d’urbanisme du quartier Chapelle Nord et notre groupe a été jusqu’à proposer en dernier recours une alternative. Mais l’État en aura décidé autrement: cette future liaison ferroviaire vers Roissy, strictement dédiée à une clientèle business, va balafrer le Nord du 18e.

>> Retrouvez notre bilan à mi-mandat (2014/2018)

Remonter