Appel à projets Paris-Campagne : subventions et conventions avec les lauréates 2018

Parce qu’il y a nécessité de construire une relation de réciprocité entre territoires urbains et ruraux, la Ville de Paris a pris l’initiative de signer en octobre 2017 avec l’Association des Maires Ruraux de France et la Métropole du Grand Paris une déclaration commune pour la résilience et la transition écologique des territoires en agissant sur lesystème alimentaire, l’énergie,  les déplacements, la protection de l’eau, le développement du tourisme et la capacité à fabriquer en local.

Ainsi l’appel à projet Paris-Campagne lancé en 2017 par Antoinette GUHL soutient-il des actions de structures de l’ESS construisant une solidarité entre Paris et les territoires ruraux proches. Car Paris souhaite continuer à favoriser une nouvelle économie agricole faite de circuits courts ; de proximité ; de l’économie circulaire et de cultures respectueuses de l’environnement, des conditions de travail des agriculteurs et de notre santé  à tou.te.s, en cohérence avec notre Stratégie pour une alimentation durable votée ce mois de mai au Conseil de Paris.

3 grandes catégories de projets émergent cette année :
– habitat et tourisme solidaire,
– sensibilisation autour de la préservation des terres agricoles
– et agriculture durable.
+ 1 autour de l’économie circulaire.

Parmi les 8 lauréats :

Oh la Vache ! dont l’idée est née dans le 18e, vise à proposer des séjours courts en immersion à la ferme chez des agriculteurs engagés dans des pratiques responsables. En plus de l’immersion rurale de citadins, le service offre aux agriculteurs hôtes un complément de revenus, bien utile !

Aurore, qui gére de nombreux dispositifs de prise en charge des Parisien.e.s plus fragiles. Elle offrira cette fois des actions de sensibilisation à l’agriculture durable à destination des résidents des centres d’hébergement aux Grands Voisins (14e) et de Bercy (12e), en allant visiter des fermes de maraichage en insertion gérées par Aurore et le réseau Jardins de Cocagne en Seine et Marne, dans le Loiret et dans l’Oise.

Et Moulinot Compost, qui œuvre en économie circulaire en collectant les biodéchets de restaurants et de cantines scolaires, d’hôpitaux ou d’hôtels, pour les transformer en compost (redistribué aux agriculteurs franciliens) ou en biogaz. Moulinot a créé en Essonne la 1re plateforme industrielle de compostage et de lombricompostage des déchets alimentaires, valorisant 400 tonnes de déchets alimentaires par mois ! La Région n’était dotée, jusque là, que de 2 exutoires pour transformer les biodéchets en compost.
La subvention aidera au démarchage des maraichers de 1re et 2e couronne pour leur proposer, en substitution aux engrais chimiques, l’utilisation de ce compost parisien.

Chaque subvention de fonctionnement est à hauteur de 10.000 euros.

Remonter