Question orale posée relative à l’installation de toilettes à proximité du carré des biffins

Lors du Conseil d’Arrondissement du 30 mai 2016, le groupe écologiste a déposé un vœu demandant l’installation de toilettes dans un premier temps provisoire, puis pérenne, à proximité du Carré des biffins afin de répondre à un besoin non satisfait autant pour les riverains, les visiteurs que les biffins.
Ce vœu n’a pas reçu la majorité des votants du conseil d’arrondissement mais un vœu amendé a été voté à l’unanimité. Ce vœu demandait qu’un travail s’engage avec la Mairie de St-Ouen pour étudier l’offre de toilettes publiques sur le secteur des Puces.
Monsieur le Maire, quel est le résultat de cette étude ?
Quelle était la composition du groupe de travail ? Quel sont ses bilan et conclusions ?
Et quand des toilettes publiques seront-elles installées afin que le pont de la Porte Montmartre et ses alentours ne soient plus l’objet d’épanchements d’urine intempestifs ?

Le maire a répondu que :
– le travail avec la mairie de Saint-Ouen s’est avéré impossible – voire contre-productif, avec la fermeture des sanisettes du côté de cette commune, et l’envoi d’une lettre de son maire à la maire de Paris, se plaignant de l’inaction du maire du 18e devant les problèmes d’occupation de l’espace public Porte St-Ouen;
– que des sanisettes, précédemment installées sur le site mais non accessibles , avaient été ouvertes du côté 18e
– et que le maire ne souhaitait pas d’avantage d’aménagements à destination de publics jugés indésirables.

2 commentaires pour “Question orale posée relative à l’installation de toilettes à proximité du carré des biffins”

  1. Depuis 2009 toujours pas de toilettes au Carré des biffinEs, malgré 400 000 euros annuels versé à Aurore? et C’est le seul travail (une question orale dans le 18eme arrdt) d’EELV-paris concernant le soutien aux biffinEs sans place, acteurs opprimés de l’économie circulaire? Quelles sont les avancées sociales et politiques depuis 10 ans que la mairie de paris paie des bennes privés a 180 000 euros par an et par arrondissement dans 3 arrondissements concernés par les ventes des biffinEs ? Quel est le cout de la répression des biffinEs depuis 10 ans, salaires de crs, ASVP, policiers, BST, militaires gendarmes a cheval ? Etes vous satisfait de vivre dans une ville qui incinére a 86% les matériaux collectés par la gestion des dechets et refusent le droit au travail aux recycleurs et récupérateurs ainsi que des places et des marchés aux puces ?

  2. Bonjour Sam,
    Nous partageons largement ton indignation ! Et de fait, les Verts étaient le seul groupe à demander dès le 3 décembre 2007 « l’arrêt immédiat du financement de cette benne et la mise à disposition de ces 10 000 euros pour financer l’organisation d’un marché du recyclage, de type ressourcerie, au profit des biffins de la Porte Montmartre. », et le 14 mai 2008 « au préfet de police qu’en l’attente d’un [espace de travail] pérenne [réservé] soient arrêtés les constats d’infraction en rapport avec l’activité des biffins »
    Ce qui, avec insistance et l’aide des habitants, a amené le PS et le PC à voter la création du Carré aux biffins le 29 juin 2009 comprenant leur suivi social : un début de progrès.
    Concernant les toilettes, le vœu des écolos a été voté en conseil d’ardt et de Paris : aucune raison qu’il ne soit pas installé, compte sur notre ténacité.
    Et d’accord également avec toi : les avancées sociales et politiques parisiennes à l’égard des biffin-es sont très largement insuffisantes, ce que le groupe ne cesse de dénoncer en appelant notamment à l’urgence de création de nouveaux carrés à l’échelle parisienne.

    Nous divergeons sur un point : les subventions de fonctionnement d’associations n’ont pas vocation à financer des équipements relevant de l’espace public.
    Quant à la gestion des déchets, j’ai pour le coup de meilleures nouvelles à te transmettre car, c’est toute la différence, c’est une écologiste, Antoinette Gühl, qui est en charge de l’ESS, l’innovation sociale et l’économie circulaire à l’Hôtel de Ville, ce qui change beaucoup de choses et permet d’aller beaucoup plus vite (ex : en 2015, il y avait déjà 7% de déchets en moins par an et par habitant, avec 1 an d’avance sur le Plan Local de Prévention des Déchets). Plus précisément :
    http://antoinetteguhl.eelv.fr/category/economie-circulaire/
    http://antoinetteguhl.eelv.fr/1-million-deuros-pour-donner-une-seconde-vie-aux-objets-des-parisiens/
    http://elus-paris.eelv.fr/2014/10/21/priorite-a-la-prevention-et-a-la-reduction-de-la-production-de-dechets-sur-les-marches-parisiens/
    http://antoinetteguhl.eelv.fr/category/economie-sociale-et-solidaire/

    Dans le 18e, sur le même thème de l’économie circulaire, une première Ressourcerie éphémère a été mise en place le mois dernier par Frédéric Badina en lien avec 3 bailleurs sociaux et, très vraisemblablement, sur le point d’être maintenant votée au Conseil de Paris ces jours-ci, la création d’un Pôle Refabriquer dans l’arrondissement.
    A propos des déchets, Douchka Markovic (adjointe à l’alimentation, l’environnement et le développement durable) et Loïc Lorenzini (co-président du groupe) ont poussé la Caisse des écoles à lancer une expérimentation sur six écoles pendant trois mois : les restes des repas des élèves ont ainsi permis de collecter et de retraiter 6,4 tonnes de déchets. De la sensibilisation en acte et des résultats concrets qui ouvrent sur de nouveaux modes de fonctionnement plus responsables.

    Au vu du retard accumulé pour la mise en place à l’échelle nationale d’une économie verte et plus largement, d’une politique durable et inclusive, nous ne pouvons qu’éprouver de la frustration –les sujets ne manquent pas, et la chasse aux pauvres risquent de s’amplifier, mais les avancées effectives locales donnent du cœur à l’ouvrage pour persévérer et actionner sans cesse tous les leviers possibles d’une politique constructive.

Remonter