Un été difficile pour les plus fragiles dans le 18e

Une nouvelle mise à l’abri pour les réfugiés installés aux abords du Centre d’Accueil et d’Orientation de la Chapelle, une nouvelle installation de populations Roms sur la petite ceinture, la présence de mineurs marocains laissés à eux-mêmes sur l’espace public, les jours se suivent et se ressemblent.

Mais les réponses ne sont toujours pas à la hauteur, nous manquons encore et toujours de structures pour prendre en charge dignement ces fragiles parmi les fragiles, acteurs et témoins des déséquilibres mondiaux et de leurs lots de prédations.

La Ville de Paris est pourtant mobilisée pour les accompagner avec l’aide indispensable des citoyens et du monde associatif.

Mais faute de soutien politique au sommet de l’État, les moyens ne suivent plus, les services municipaux, les élu-e-s, les associatifs passent leur temps à gérer l’urgence sans pouvoir prendre le temps de construire une véritable politique d’accueil.

Comble de l’ironie, les équipes de CRS censées par exemple assurer le bon fonctionnement de l’équipement du Carré des Biffins Porte Montmartre sont mobilisées ailleurs, contraignant le gestionnaire à le fermer temporairement.

Sur la petite ceinture, la situation ne s’améliore pas, les mises à l’abri se succèdent sans que le propriétaire SNCF soit en capacité de sécuriser les emprises, contribuant à précariser les populations Roms qui se mettent déjà en danger en s’y installant.

Tout cela nous conduit à exiger de nouveau de la part de l’État la mise en œuvre d’une véritable politique d’accueil digne pour les réfugiés ainsi que l’expérimentation immédiate de villages d’insertion pour les populations Roms. Il en va de leur survie, de leur santé, de leur inclusion. C’est aussi le seul moyen de construire une ville apaisée dans laquelle chacun puisse vivre en harmonie, allant dans le sens de la proposition de loi qu’a soumis la Maire de Paris au Gouvernement pour l’accueil et l’intégration des réfugiés, initiative qui reprend nombre de propositions des écologistes.

 

Remonter