Vœu relatif à une alternative au projet CDG Express

Déposé par Philippe Durand, il a été adopté à l’unanimité lors du conseil d’ardt du 13 mars 2017:

Considérant que le projet CDG Express, de par son coût (1,7 milliard d’euros), sa cible (les touristes ou les franciliens aisés prêts à débourser les 24€ du ticket), ses conséquences probables sur la régularité du RER B (contraint de partager 24 km de ses voies, déjà bien encombrées) pose de légitimes questions et une forte opposition, notamment des riverains de la porte de la Chapelle et des communes impactées.

Considérant que début décembre 2016, suite à plusieurs incidents ayant entraîné l’arrêt de toute liaison entre Paris et Roissy, la SNCF a fait circuler deux TGV – sur les voies à grande vitesse – pour faire la navette entre la gare du Nord et l’aéroport, dans les deux sens et à raison d’une navette par sens par heure.

Considérant que cette première totalement inédite a fonctionné.

Considérant que cette liaison directe en TGV pourrait par ailleurs représenter un atout pour l’Ile-de-France, permettant une solution forcément plus rapide à concrétiser tout en mettant en avant l’excellence française en matière de grande vitesse ferroviaire.

Considérant que cette solution pourrait permettre d’utiliser une partie du parc TGV fraichement commandé à ALSTOM par l’État.

Considérant cette solution peut représenter une alternative à la mise en œuvre du projet de liaison directe CDG Express.

Considérant que cette solution aurait l’avantage d’être moins onéreuse et plus rapide à mettre en œuvre que le CDG Express ; plus confortable et plus fiable que le RER B.

Considérant que cette solution aurait l’avantage de satisfaire les opposants comme les défenseurs du projet CDG Express, notamment la SNCF, dont rien ne garantit qu’elle décroche in fine l’exploitation du CDG Express (l’appel d’offres doit être lancé prochainement par le ministère des transports ; la RATP et sans doute des opérateurs étrangers devraient être sur les rangs).

Considérant que cette navette pourrait permettre à la SNCF d’assurer, quoi qu’il arrive, de nouvelles recettes pour sa branche TGV.

Le conseil d’arrondissement du 18e demande

– Que la SNCF fasse aux élus-es et aux riverains concernés un retour d’expérience en termes de faisabilité, d’exploitation, et de conséquences potentielles sur la gestion des gares de Paris-Nord et Roissy-CDG à la mise en œuvre éventuelle de cette navette directe

– Que la SNCF étudie de manière approfondie cette solution alternative et que cette étude soit rendue public

– Que la Maire de Paris et la Présidente du Conseil Régional Ile de France appuient cette demande

Remonter