Vœu relatif au nécessaire renforcement des moyens humains dans les espaces verts de la Ville

Le vœu ci-dessous, présenté par Philippe Durand lors du conseil d’ardt du 7 mars 2018, a été rejeté  :

Considérant la Loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages votée le 8 août 2016 dont les ambitions rejoignent celles portées par la Convention sur la diversité biologique et qui s’inscrit dans la perspective des deux Objectifs du Développement Durable des Nations Unies dédiés à la préservation de la vie aquatique et de la vie terrestre ;

Considérant les annonces du ministre de la Transition écologique et solidaire indiquant qu’il ferait de la protection de la biodiversité une priorité de son action à parité avec la lutte contre le changement climatique ;

Considérant les objectifs d’Aïchi, liste de 20 propositions du Plan stratégique pour la diversité biologique 2011-2020, adoptés par les parties à la Convention sur la diversité biologique en 2010 fixant un plan collectif pour stopper la perte de biodiversité sur la planète;

Considérant que seuls 5% des pays signataires sont à ce jour en voie d’atteindre les objectifs d’Aïchi en 2020 selon l’organisation WWF ;

Considérant le déficit important de Paris en espaces verts (5,8 m2 intra muros / habitant.e) par rapport aux préconisations de l’OMS (minimum de 9m2 d’espaces verts / habitant.e) autres grandes villes françaises (31 m2 en moyenne) et européennes (45 m2 à Londres, 59 m2 à Bruxelles, 68 m2 à Madrid…)

Considérant la volonté affichée par la Ville de soutenir l’appropriation végétale du territoire par le grand public ;

Considérant que la sensibilisation à la préservation de la biodiversité est l’un des trois axes d’action du nouveau Plan biodiversité, auprès d’un large public et de publics relais, qui vise la promotion et la valorisation des actions engagées, par l’explication de leurs impacts sur la biodiversité ;

Considérant que cette sensibilisation et cette appropriation par le grand public doit se faire avec un accompagnement humain et pas seulement matériel ;

Considérant que les espaces verts de la ville sont fréquentés en toute saison par un très large public ;

Considérant que les agents d’accueil et de surveillance des espaces verts sont chargés de faire respecter le règlement des jardins et des bois appartenant à la Ville de Paris ;

Considérant que le règlement des jardins et des bois mentionne la fragilité de la flore et de la faune présentes dans ces espaces verts et demandent la préservation et la protection de la biodiversité ;

Considérant que les agents d’accueil et de surveillance des espaces verts ont un rôle de sensibilisation des usagers au respect de l’environnement et au maintien de la propreté ;

Considérant que la création de la brigade dédiée à la lutte contre les incivilités a eu pour conséquence le transfert des 400 agents d’accueil et de surveillance issus de la Direction des espaces verts et de l’environnement à la nouvelle direction en charge de la tranquillité publique ;

Considérant que cette création a eu pour conséquence une présence plus diffuse dans les espaces verts parisiens ;

Aussi, sur proposition de Philippe Durand et les élu-e-s EELV, le Conseil d’arrondissement du 18e émet le vœu que la Ville de Paris assure une présence permanente d’agents d’accueil et de surveillance dans chaque espace vert parisien.

Remonter